Les éditions de vulgarisation scientifique agissent comme agent de transmission et de diffusion d’un savoir détenu et partagé par une figure « autoritaire » du domaine vers un lecteur souvent non expérimenté. Cette transmission permet le partage de connaissances et du même fait, d’une démocratisation du savoir.

Internet permet aussi, plus facilement et rapidement même, cette démocratisation de la connaissance. Toutefois, la fiabilité dans la profusion d’informations doit souvent être remise en doute. Internet reste certes une solution pour une ouverture à l’information et une façon efficace de rebondir afin de se construire une culture personnelle, mais cette abondance d’informations lui fait souvent perdre sa valeur en terme de crédibilité.

Les ouvrages de vulgarisation scientifique restent donc, selon-moi, des plus pertinents et devraient persister à être édités.

Je me pose la question de la position et du rôle du graphiste et de l’éditeur dans ces publications, c’est-à-dire comment le graphisme et les choix éditoriaux peuvent-ils les rendre encore plus pertinentes et accessibles aux lecteurs ? Comment se structure l’édition de vulgarisation scientifique afin de mettre à l’avant-plan le contenu, rendant à la fois ces ouvrages plus digestes et optimisant le potentiel du contenu. Finalement, comment renverser ou renforcer les codes et les structures éditoriales afin de permettre une nouvelle génération d’ouvrages de vulgarisation scientifique contemporains par une mise en forme graphique ?


Scientific popularization editions act as an agent of transmission and diffusion of knowledge held and shared by an "authoritarian" figure of the domain to a reader who is often inexperienced. This transmission allows the sharing of knowledge and the same fact, a democratization of knowledge.

The Internet also makes it easier and quicker to democratize knowledge. However, reliability in the profusion of information must often be questioned. The Internet remains a solution for an openness to information and an effective way to bounce back to build a personal culture, but this abundance of information often makes it lose its value in terms of credibility.

The works of popular science therefore remain, in my opinion, most relevant and should persist in being published.

I wonder about the position and the role of the graphic designer and publisher in these publications, ie how can graphic design and editorial choices make them even more relevant and accessible to readers? How is structured the publishing of popular science to bring the content to the fore, making both these books more digestible and optimizing the potential of the content. Finally, how to reverse or reinforce codes and editorial structures to allow a new generation of contemporary popular science books through graphic formatting?